MENU

Tour d’horizon de la semaine – Les Islanders réécrivent le livre des records

 

Chaque semaine, LCH.ca va d’un océan à l’autre pour vous présenter les faits saillants de l’actualité dans la ligue.

Les Islanders se sont démarqués en début de saison

Il n’y a rien à l’épreuve des Islanders de Charlottetown.

Après les six premières semaines de jeu, le club de l’Île-du-Prince-Édouard occupe le premier rang dans la division des Maritimes de la LHJMQ avec une remarquable fiche de 12-2-0-0, pour un total de 24 points.

Déjà un des meilleurs clubs de la LHJMQ l’hiver dernier – les Islanders se trouvaient en septième place avec 71 points quand la campagne a été interrompue au mois de mars – Charlottetown a fait encore mieux cet automne, alors que les partisans un peu partout sur l’île ont commencé à rêver d’un championnat de la Coupe du Président, ce qui serait une première dans l’histoire de la concession. Les Islanders ont notamment pu s’appuyer sur les performances d’un héros inattendu en Cédric Desruisseaux, un petit attaquant qui a été le joueur le plus utile à son équipe dans la plupart des rencontres.

Auteur d’une séquence de 14 matchs avec au moins un point, la plus longue cette saison, il a inscrit au moins un but à ses 13 dernières sorties. Desruisseaux a déjà fracassé l’ancien record du club, qui était de sept matchs de suite avec au moins un filet, et il est par ailleurs le premier joueur de la LHJMQ à connaître une séquence de 13 rencontres avec un but depuis que le légendaire attaquant de l’Océanic de Rimouski Sidney Crosby a réalisé l’exploit.

« Il y a pas mal de bons joueurs qui ont joué (à Charlottetown), a modestement souligné Desruisseaux à Jason Malloy du quotidien The Guardian. Tout le crédit revient à mes coéquipiers. Ils jouent un rôle important. Ils me font de belles passes, ce qui me rend la vie facile. »

Dans l’ensemble, Desruisseaux a récolté 27 points depuis le début de la saison, ce qui lui donne le deuxième rang chez les marqueurs de la ligue, et il est déjà rendu plus qu’à mi-chemin de la production qu’il avait affichée la saison dernière, quand il avait amassé 40 points.

Pendant ce temps, des records s’inscrivent aussi devant le filet chez les Islanders, où l’espoir des Blues de St. Louis Colten Ellis est toujours invaincu cette saison comme en témoigne sa fiche parfaite de 9-0. Celui-ci s’est du même coup retrouvé avec deux victoires de plus que l’ancien gardien du club de Charlottetown Matthew Welsh, pour ainsi s’emparer du premier rang dans l’histoire de la concession pour les victoires en carrière. Ce qui a rendu cette réalisation encore plus spéciale pour Ellis, c’est que Welsh était dans les gradins pour assister au duel entre les Islanders et les Eagles du Cap-Breton, avec qui évolue son frère cadet Zach.

« (Welsh) est incontestablement une légende ici, a dit Ellis à Malloy. C’est assurément quelqu’un que j’admirais quand j’étais plus jeune. »

Après avoir occupé le poste de partant avec l’Océanic de Rimouski au cours des trois dernières saisons, Ellis s’est amené à Charlottetown en vue de la saison 2020-2021, alors qu’on s’attendait à ce qu’il suivre les traces de Welsh. À la lumière des résultats obtenus jusqu’ici, il semble être hors de tout doute à la hauteur de la tâche.

Wright a l’équipe nationale dans sa mire

Shane Wright a l’habitude qu’on ait des attentes élevées à son endroit, alors sans doute que le phénoménal joueur des Frontenacs de Kingston n’aura pas été surpris de constater qu’il est le point de mire à ce stade-ci de camp de sélection de l’équipe nationale canadienne, qui se prépare à disputer le Championnat du monde junior le mois prochain.

Wright, qui a 16 ans, aspire à décrocher un poste en vue du tournoi des moins de 20 ans, au sein d’une équipe canadienne qui a l’habitude d’aligner des vétérans. Si Wright devait être retenu au sein de la formation finale du Canada, il deviendrait le premier joueur de 16 ans à réussir le coup depuis que Connor McDavid, alors un membre des Otters d’Érié, a fait partie de l’édition du tournoi de 2014.

Wright ferait aussi partie d’un groupe restreint qui comprend notamment plusieurs anciens de la LCH qui sont ensuite devenus de super étoiles dans la LNH, comme McDavid, Sidney Crosby, Jay Bouwmeester, Jason Spezza, Eric Lindros et Wayne Gretzky.

Reste que l’Ontarien originaire de Burlington aborde le tout avec calme.

« J’ai l’habitude d’être le plus jeune joueur dans l’équipe, a indiqué Wright à Joshua Clipperton de la Presse canadienne. Je sais que je ne suis pas ici par hasard. Je sais que je suis ici parce que je suis capable de jouer dans cette équipe. Je suis assez bon pour jouer dans cette équipe. »

À ses débuts avec les Frontenacs en 2019-2020, Wright a connu une formidable première campagne au cours de laquelle il a produit à un rythme de plus d’un point par match, lui qui a inscrit 39 buts et 27 mentions d’aide en 58 rencontres. Il a alors fait montre d’un niveau de talent exceptionnel qui a fait de lui le sixième joueur seulement à se voir permettre d’accéder à la LCH plus tôt qu’à l’âge prévu, et lui a valu d’être nommé la recrue de l’année dans la LCH.

Cette prestation, jumelée à celles qu’il a affichées dans le cadre du Programme d’excellence de Hockey Canada en tant que capitaine d’Équipe Canada Noir au Défi mondial des moins de 17 ans 2019, devrait convaincre l’entraîneur de l’équipe canadienne, André Tourigny des 67’s d’Ottawa, bien que le message semble avoir été déjà reçu.

« On l’avait fait jouer au camp d’entraînement l’an dernier et après le match, j’avais dit, ‘Ce gars-là va être très bon.’ Et ensuite on l’a fait jouer tôt dans la saison et j’ai dit, ‘Ce gars-là est encore meilleur que je le croyais.’ Ensuite, on l’a fait jouer à Noël et j’ai dit, ‘Il est tellement bon’. Puis on l’a fait jouer après Noël et il a été le meilleur joueur sur la glace, a affirmé Tourigny. Chaque fois que j’ai vu Shane Wright jouer, à chaque match, il était meilleur que la fois d’avant. J’ai hâte de voir la suite, les progrès qu’il va faire, et ce qu’il sera en mesure de faire contre tous ces gars-là. »

Wright fait partie d’un groupe de 42 joueurs de la LCH, dont 24 attaquants, qui visent d’être retenus au sein de l’équipe canadienne. L’annonce des sélections en vue de la formation finale devrait être diffusée dans les jours précédant le Championnat mondial junior 2021, alors que le premier match du Canada est prévu pour le 26 décembre contre l’Allemagne. L’équipe canadienne cherchera alors à remporter sa 19e médaille d’or dans l’histoire de cette compétition.

Le DG Scott Carter prolongera son séjour chez les Chiefs

Scott Carter a de bonnes raisons d’avoir le sourire aux lèvres ces jours-ci puisque le directeur général des Chiefs de Spokane vient d’obtenir une prolongation de contrat de deux ans qui lui vaudra de rester en place jusqu’à l’issue de la saison 2022-23.

C’est là une entente que Carter méritait fort bien puisque depuis qu’il a rejoint les rangs des Chiefs en 2016, le club s’est amélioré chaque saison pour ainsi inscrire une fiche cumulative de149-97-17-13. Ce dossier a notamment été ponctué d’une incursion jusqu’en Finale de l’Assocation de l’Ouest dans la Ligue de l’Ouest en 2019 et d’un taux de points de ,680 la saison suivante, quand Spokane a enregistré sa meilleure fiche depuis 2010-11.

« Scott a été un membre remarquable de notre organisation et nous sommes fiers de l’avoir au sein de la famille des Chiefs, a affirmé l’associé directeur des Chiefs Bobby Brett. Il méritait cette prolongation et nous sommes sûrs que nous allons continuer à connaître du succès sous ses ordres dans les années à venir. »

Sous la direction de Carter, les Chiefs ont développé une impressionnante brochette de joueurs pour la LNH, notamment Jaret Anderson-Dolan des Kings de Los Angeles et Kailer Yamamoto des Oilers d’Edmonton, un des deux choix de premier tour avec le jeune défenseur des Devils du New Jersey Ty Smith. D’autres joueurs prometteurs issus des Chiefs s’en viennent, comme l’espoir du Wild du Minnesota Adam Beckman, le lauréat 2019-20 du Trophée Four Broncos, remis au joueur par excellence dans la Ligue de l’Ouest, ainsi que deux joueurs sélectionnés à l’occasion du Repêchage de la LNH 2020, Bear Hughes et Jack Finley, qui ont été réclamés par les Capitals de Washington et le Lightning de Tampa Bay, respectivement.

Avant de s’amener chez les Chiefs, Carter, 59 ans, a été dépisteur amateur et professionnel avec les Ducks d’Anaheim, les Maple Leafs de Toronto et les Canucks de Vancouver.

plus de nouvelles
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les 67’s conservent leurs espoirs de championnat
Il y a 11 heures
Tour d’horizon de la semaine – Les anciens de la LCH produisent à l'attaque en ce début de saison de la LNH
Il y a 1 jour
441 joueurs d’hier et d’aujourd’hui de la LCH démarrent la saison dans la LNH
Il y a 2 jours
Le joueur vedette de la LCH – 5 questions à Ryder Korczak des Warriors
Il y a 4 jours
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les Islanders coulent la compétition
Il y a 1 semaine
Tour d’horizon de la semaine – Faire sa marque dans les camps de la LNH
Il y a 1 semaine