MENU

Tir de la pointe : Le commissaire de la Ligue de l’Ontario David Branch

 

Le commissaire de la Ligue de l’Ontario, David Branch, s’est récemment entretenu avec Junior Hockey Magazine pour discuter de l’annulation de la saison 2020-2021, de la façon dont la ligue se prépare pour la prochaine campagne et du programme de bourses de la ligue qui se poursuit.

Junior Hockey Magazine : Comment en êtes-vous venus à la décision d’annuler la saison ?

David Branch : Nous n’avions plus le choix, nous avions atteint le point de non-retour. Dans sa récente annonce, le gouvernement provincial a indiqué que tout resterait fermé jusqu’au 20 mai. Dans ce contexte, ce n’était plus réaliste de penser que nous pourrions lancer une saison sous une forme ou une autre le lendemain de cette date et quand même répondre aux besoins et aux désirs de tout le monde, tout particulièrement à l’approche du Repêchage de la LNH des 23 et 24 juillet prochains. C’est dommage. Le plus grand défi, le plus difficile, a été de l’annoncer aux joueurs. Notre rôle, c’est de tout faire pour soutenir les joueurs sur la patinoire et en dehors. Toutefois, nous avons aussi la responsabilité, à titre de dirigeants et d’adultes, de prendre ce genre de décision. Elle n’a pas été prise à la légère, parce que nous étions si près, avant l’éclosion de ce nouveau variant, que nous avions le feu vert du médecin en chef de l’Ontario pour notre protocole du Retour au jeu, et aussi celui du premier ministre ontarien et du ministre des Sports. Tout était en voie de tomber en place et nous étions vraiment contents, puis les choses ont commencé à se précipiter.

JHM : À quel point êtes-vous venus près de recommencer à jouer ?

DB : Nous avions l’intention d’annoncer quelque chose le lendemain. Nous sommes probablement venus à une quinzaine d’heures près d’une annonce. Ç’a été proche à ce point-là. Puis, il a fallu attendre et attendre parce que les chiffres augmentaient, et puis il y a eu les fermetures. Ça n’aurait pas pu fonctionner s’il avait fallu attendre encore.

JHM : Quoi d’autre serait-il possible de faire d’ici le Repêchage de la LNH ?

DB : Il y a plusieurs choses qui sont possibles, mais nous sommes prudents parce que les joueurs ont tellement vécu en montagnes russes sur le plan des émotions. Ils pensaient que nous allions recommencer à jouer, puis il a fallu lever le pied et attendre. L’aspect où je ne me sens pas mal à l’aise du tout, c’est de dire qu’il y a un désir sincère et véritable de travailler avec la LNH et le président de la LCH Dan MacKenzie, qui tient ce genre de discussion sur la possibilité de tenir un événement bonifié mettant en valeur les espoirs, avec au moins une équipe de chacune des trois ligues qui participera à un tournoi. C’est là une chose qui permettrait de donner la meilleure occasion à nos joueurs. Cette option ne satisfait pas vraiment tous les besoins et les souhaits qu’on nous formule. Nous nous penchons sur différentes choses, mais à savoir si tout cela va se matérialiser, nous ne le savons pas à ce stade-ci. La seule chose que nous savons avec certitude, c’est qu’il n’y a aucun endroit où nous pouvons jouer en Ontario. Nous devons en tenir compte. Il y a encore tellement d’éléments inconnus en ce qui concerne ce virus.

JHM : Même en l’absence d’une saison, les propriétaires des clubs ont quand même soutenu le programme de bourses d’études. Cela a-t-il permis de lancer un message clair en ce qui a trait à l’importance de ce programme ?

DB : Ç’a toujours été difficile de faire passer ce message. Les défis reliés à cette pandémie nous ont donné la possibilité d’expliquer et de faire remarquer aux politiciens, autant à l’échelle provinciale que locale, quel genre de travail nous faisons et l’importance de nos programmes pour le développement de nos joueurs, sur la glace et en dehors. Nos propriétaires continuent de s’engager dans le cadre de notre programme de bourses. En fait, cette année, le programme a touché 343 joueurs et mené à des dépenses d’environ 3,3 millions $, ce qui a été fait sans s’attendre du tout à ce que le soutien provincial suive. Il faut reconnaître que la province a répondu à l’appel et a prévu dans son budget une somme de 2,35 millions $ pour nous. C’était là quelque chose de très important. Du côté des joueurs, nous avons continué de leur offrir leur indemnité d’entraînement, tout leur équipement incluant des bâtons et les patins, ainsi que les assurances. Il y avait plusieurs éléments de la sorte où nous voulions continuer de soutenir nos joueurs.

JHM : Vous attendez-vous à pouvoir amorcer la saison de la Ligue de l’Ontario de façon normale à l’automne ?

DB : Oui. Nous allons faire tout ce qu’il est possible de faire. Nous nous engageons à commencer et à tout faire pour que ça arrive. J’ai eu une très bonne discussion avec les deux autres commissaires et nous sommes tous sur la même longueur d’onde, nous voulons tous commencer à temps. Tous les efforts sont investis afin que cela arrive. Nous avons vraiment hâte de retrouver une certaine normalité.

Cliquez ici pour écouter l’épisode complet de la baladodiffusion Junior Hockey Magazine

plus de nouvelles
Tour d’horizon de la semaine – La saison des signatures
Il y a 1 jour
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les Rockets en reconstruction sont prêts au décollage
Il y a 1 jour
Le joueur vedette – 5 questions à Brett Brochu des Knights
Il y a 1 jour
Tir de la pointe : Le centre des Pats Connor Bedard
Il y a 1 semaine
Tour d’horizon de la semaine – Byfield à Hollywood
Il y a 1 semaine
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les Silvertips décrochent un autre titre de division
Il y a 1 semaine