MENU

Les talents de la LCH brillent aux camps de développement de la LNH

 

Les camps de développement de la LNH sont en cours et ils ne sont pas à court de participants en provenance de la Ligue canadienne de hockey. Tandis que les évaluations se poursuivent pour savoir qui a mérité une invitation au camp principal, quelques joueurs de la LCH sont au cœur des intrigues de plusieurs camps.

Nolan Allan – Raiders de Prince Albert / Blackhawks de Chicago

Les Blackhawks de Chicago ont eu droit à un premier aperçu du défenseur en herbe Nolan Allan après l’avoir réclamé avec le dernier choix du premier tour du Repêchage de la LNH de 2021.

Défenseur connu pour museler l’adversaire, Allan a passé toute sa carrière dans la Ligue de l’Ouest avec les Raiders après avoir été choisi par cette équipe au troisième rang du Repêchage de la Ligue de l’Ouest en 2018. La saison dernière, l’athlète originaire de Davidson en Saskatchewan, a aussi connu la gloire sur la scène internationale en aidant le Canada à remporter la médaille d’or au Championnat du monde des moins de 18 ans 2021.

Allan, qui participe maintenant au camp de développement des Blackhawks, est impatient d’apprendre ce qu’il doit faire pour continuer de présenter des progrès constants.

« C’est ma première expérience avec un camp de la LNH, alors je ne sais pas vraiment comment ça se passe. Je suis juste emballé de vivre l’expérience et de tout assimiler pour l’utiliser par la suite – m’en servir pour m’améliorer », a mentionné Allan au journaliste Scott Powers du site The Athletic.

Alors qu’Allan est un candidat probable à un retour avec les Raiders cet automne, sa première audition avec les Blackhawks lui a sans aucun doute offert un aperçu de grande valeur alors qu’il tente de passer au niveau suivant.

Will Cuylle – Spitfires de Windsor / Rangers de New York

Être lié au nom d’un joueur de talent évoluant dans la LNH peut ajouter des attentes excessives pour un espoir, mais l’attaquant des Spitfires de Windsor Will Cuylle n’a qu’embrassé l’étiquette qui est parfois associée à son nom – celle du robuste ailier des Capitals de Washington et ancien des Whalers de Plymouth Tom Wilson.

« Le type et le style de jeu (de Wilson) en est un sur lequel j’essaie de modeler mon jeu. Être physique, jouer de façon robuste et jouer de façon simple, sans dentelles, rien de flamboyant, juste durement », a mentionné Cuylle à Mollie Walker du New York Post.

Il n’y a pas que de la robustesse chez Cuylle, qui a marqué deux buts dans le premier match du camp de développement des Rangers, démontrant la touche dont il avait aussi fait preuve avec les Spitfires en 2019-2020, une deuxième saison remplie de succès alors qu’il a amélioré sa récolte par rapport à l’année précédente en concluant la saison avec 22 buts et 20 mentions d’aide en 62 matchs.

Disputant 18 matchs avec le club des ligues mineures des Wolf Pack de Hartford, Cuylle amène avec lui une expérience des rangs professionnels qui peut l’aider à avoir un meilleur baromètre afin de savoir à quoi s’attendre quand il passera pour de bon chez les Blueshirts de Broadway.

Justin Barron – Mooseheads d’Halifax / Avalanche du Colorado

Justin Barron est de retour à plein régime.

Après une saison 2019-2020 où il a vu peu d’action en raison d’un problème lié à un caillot de sang, le défenseur des Mooseheads d’Halifax a connu tout un retour la campagne suivante, étant capitaine tout en continuant d’améliorer le côté offensif de son jeu avec 31 points – le plus haut total chez les défenseurs à Halifax – en 33 matchs.

Le produit local de 19 ans est maintenant prêt pour son prochain défi en participant au camp de développement de l’Avalanche du Colorado. Alors que Barron a les yeux sur un poste au sein d’une équipe qui possède un bon noyau à la ligne bleue, le défenseur en herbe savoure le défi, voyant cela comme une occasion d’apprendre et comme étant la prochaine étape dans sa progression après avoir terminé la dernière saison avec un séjour de sept matchs avec les Eagles du Colorado dans la Ligue américaine de hockey, le club-école de l’Avalanche.

« Je pense que cela m’a tout simplement donné un avant-goût du hockey professionnel – la différence est très grande, a confié Barron à Callie Parmele du site Web de l’Avalanche. Je suis passé de jouer avec des adolescents dans la LHJMQ à jouer contre des hommes matures. Le jeu est beaucoup plus rapide. Je pense que ç’a été très bon pour moi de pouvoir avoir un peu d’expérience et de tester la température de l’eau. Je pense que ça m’a aidé à date dans ce camp. En espérant que je puisse amener ça avec moi au camp principal la semaine prochaine. »

Dylan Guenther – Oil Kings d’Edmonton / Coyotes d’Arizona

Choisi neuvième au total au Repêchage de la LNH en 2021, Dylan Guenther a fait toute une impression au camp de développement des Coyotes de l’Arizona, notamment avec un superbe but en tirs de barrage dans un match amical qui a fait fureur sur les réseaux sociaux.

« Il faut juste se concentrer, foncer et tenter de marquer, et avec la pratique, tu connais plusieurs feintes, a dit l’ailier droit des Oil Kings d’Edmonton au journaliste de l’Arizona Republic, Jose Romero. J’imagine que j’ai choisi la bonne. »

Pour Guenther, recrue de l’année dans la Ligue de l’Ouest en 2019-2020, la prochaine étape est d’espérer poursuivre sa quête d’un poste dans la LNH cette saison en continuant d’impressionner alors que les Coyotes accueilleront le prochain Tournoi des recrues qui comptera aussi cinq autres formations de jeunes patineurs de la LNH.

D’abord choisi au premier rang du Repêchage de la Ligue de l’Ouest en 2018, Guenther, âgé de 18 ans, a mené la Ligue de l’Ouest au chapitre des points par match la saison dernière après avoir inscrit 12 buts et 12 aides en 12 parties.

Mason McTavish – Petes de Peterborough / Ducks d’Anaheim

Après avoir signé son contrat d’entrée dans la LNH avec les Ducks le mois dernier, Mason McTavish est encore une fois prêt pour briller sur une glace nord-américaine après une saison 2020-2021 où il a été prêté à une équipe en Suisse.

Pendant qu’il était de l’autre côté de l’Atlantique, le pivot au physique développé a attiré l’attention grâce à son aptitude à s’adapter au jeu professionnel, amassant 11 points en 13 matchs avec l’EHC d’Olten en deuxième division de la Ligue de Suisse. Il a ensuite mis le cap sur le Texas pour aider le Canada à remporter sa première médaille d’or au Championnat mondial des moins de 18 ans depuis 2013.

Pressenti pour retourner avec les Petes de Peterborough où il voudra poursuivre sur sa lancée après une première campagne remplie de succès en 2019-2020, alors qu’il a fini sixième chez les pointeurs de l’équipe avec 42 points, soit 29 buts et 13 aides en 57 matchs, McTavish se met d’abord à l’épreuve au camp de développement des Ducks.

« Compétitionner, savoir où être offensivement et défensivement et faire du bon boulot avec ça, a dit McTavish à des reporters en parlant de ses objectifs au camp. Les entraîneurs te soulignent des petites choses qu’ils croient que tu peux améliorer. C’est une belle semaine pour l’équipe. »

Xavier Bourgault – Cataractes de Shawinigan / Oilers d’Edmonton

Xavier Bourgault s’est amené au camp de développement des Oilers d’Edmonton avec l’esprit orienté vers la production de buts.

« Je veux montrer mon jeu et ce que je peux faire sur la glace, a dit l’attaquant des Cataractes de Shawinigan à Paul Gazzola du site Web des Oilers. (Je veux) leur montrer que oui, je suis un joueur offensif, mais que je peux être bon dans la zone défensive et leur montrer que je suis bon partout sur la glace. »

Producteur talentueux, Bourgault a amassé plus d’un point par match au cours des deux dernières saisons avec les Cataractes, dont une dominante deuxième campagne en 2019-2020, alors qu’il a mené l’équipe avec 33 buts en 63 matchs pour terminer à égalité au sommet des pointeurs avec 71 points.

Par ailleurs, l’athlète originaire de L’Islet, au Québec, a aussi dans sa mire un poste sur la scène internationale avec l’équipe canadienne qui se battra au Championnat mondial junior de l’IIHF en 2022 qui sera accueilli conjointement par Edmonton et Red Deer. La dernière fois que Bourgault a enfilé l’unifolié, c’était en 2018 avec les Blancs d’Équipe Canada au Défi mondial des moins de 17 ans, où il a récolté deux points en cinq sorties.

Logan Stankoven – Blazers de Kamloops / Stars de Dallas

Logan Stankoven est le dernier joueur qui veut faire disparaître les inquiétudes par rapport à son petit gabarit.

Il faut toutefois dire que le petit pivot continue de faire sa part et que cela a été suffisant pour que les Stars de Dallas le choisissent au milieu du deuxième tour du Repêchage de la LNH en 2021.

Maintenant au camp de développement des Stars, l’attaquant des Blazers de Kamloops est prêt à montrer tous ses talents offensifs, en plus de son aptitude à remplir le filet de façon régulière. En 2019-2020, Stankoven a fini à égalité au sommet de recrues de la Ligue de l’Ouest avec 29 buts, et il a encore une fois brillé offensivement au cours de la dernière saison en amassant sept buts et trois aides en seulement six rencontres.

Au camp, il fait partie d’un trio avec Mavrik Bourque (Cataractes de Shawinigan) et l’ancien des 67’s d’Ottawa Tye Felhaber. Stankoven vise ultimement à amener sa touche de marqueur dans la formation des Stars.

« Ç’a juste été tellement spécial, a dit Stankoven au journaliste Saad Yousuf du site The Athletic, au sujet de son expérience de camp. Même à mon premier jour ici, j’ai vu arriver Tyler Seguin, Jamie Benn et Ben Bishop. C’était presque surréel. Tu te regardes presque dans le miroir en disant ‘Wow, j’ai une belle occasion de faire quelque chose de spécial et de gagner ma vie en jouant au hockey’. Je ne tiens pas ces choses pour acquis. »

Jack Quinn – 67’s d’Ottawa / Sabres de Buffalo

Alors que les Sabres de Buffalo amorcent une reconstruction, une des pièces les plus précieuses de l’équipe est Jack Quinn des 67’s d’Ottawa, un attaquant rapide qui excelle dans l’aspect le plus critique du hockey : celui de marquer des buts.

Choisi par les Sabres avec le huitième choix au total au Repêchage de la LNH en 2020, le joueur originaire de Cobden, en Ontario était le meilleur buteur de sa cohorte et un des deux seuls joueurs de la LCH à travers le pays à avoir atteint le plateau des 50 buts en 2019-2020. Comme il n’y a pas eu de saison dans la Ligue de l’Ontario la saison dernière, Quinn a eu l’occasion de s’ajuster aux rangs professionnels, impressionnant avec neuf points en 15 matchs avec le club-école des Sabres à Rochester.

Les Sabres aiment aussi de cet ailier naturel son aptitude à développer des jeux et lui donnera sa chance au centre alors que l’équipe disputera le Défi des espoirs 2021.

« Je pense qu’il y a quelques trucs qui font ressortir mon talent en jouant au centre, a dit Quinn à Lace Lysowski, du Buffalo News. J’aime jouer avec la rondelle au centre de la glace et dicter le jeu un peu plus, être un peu plus compétitif en étant davantage impliqué dans la zone défensive. Je pense que le simple fait que je puisse conserver ma vitesse en traversant la glace au lieu de commencer et arrêter le long de la bande peut être un léger avantage. »

Dawson Mercer – Saguenéens de Chicoutimi / Devils du New Jersey

Est-ce que Dawson Mercer pourrait faire partie des jeunes qui feront le saut plus tôt que prévu dans la LNH?

Attaquant qui peut jouer dans toutes les situations et qui excelle dans les deux sens de la patinoire, le joueur de centre des Saguenéens de Chicoutimi est le rêve de tout entraîneur. Il amène tout le talent escompté qui pourrait faire de lui un joueur qui arrive à point cet automne. Attaquant défensif de l’année en titre dans la LHJMQ, Mercer a aussi un apport offensif, puisque même s’il a été limité à 23 matchs dans la campagne écourtée en raison de la pandémie, il a récolté 1,57 point par rencontre.

Si Mercer devait retourner avec les Saguenéens, il le ferait dans un rôle de leader – il était adjoint au capitaine en 2020-2021 à sa première saison avec l’équipe – tout en continuant de raffiner son jeu. Pour le moment, la prochaine étape est de participer au camp de développement des Devils et se préparer pour le Défi des espoirs 2021.

« Les photos ne rendent pas justice. Ce n’est pas la même chose à moins d’y être en personne, a admis Mercer aux journalistes quand il a été questionné sur son arrivée au camp de développement. C’est ce que j’ai ressenti quand je suis arrivé. Tu regardes les photos sur le mur, l’histoire qu’ils ont ici, et ça fait en sorte que tu veux encore plus faire partie de l’organisation. »

plus de nouvelles
Tir de la pointe : Dan MacKenzie, président de la LCH
Il y a 4 heures
143 joueurs de la LCH à surveiller au Repêchage de la LNH 2022
Il y a 4 heures
Étape majeure : Byram, McTavish et Lapierre marquent leur premier but dans la LNH
Il y a 10 heures
L'Équipe de la semaine dans la LCH (11 au 17 octobre)
Il y a 10 heures
Classement du Top 10 de la LCH Kia : Les Oil Kings restent au sommet, le ICE gèle la compétition
Il y a 5 jours
418 anciens de la LCH nommés au sein des formations de la LNH pour la saison régulière 2021-2022
Il y a 5 jours