MENU

Le joueur vedette – 5 questions à Shane Wright des Frontenacs

 

Le joueur d’exception Shane Wright s’en va au Texas.

Un de 23 athlètes de la Ligue canadienne de hockey qui va représenter le Canada au Championnat du monde U-18 en banlieue de Dallas, l’Ontarien originaire de Burlington est heureux d’avoir cette occasion de retourner sur la patinoire et de poursuivre sur la lancée d’une première saison dans la Ligue de l’Ontario où il a été dominant.

Quand il a enfilé l’uniforme des Frontenacs de Kingston 58 fois à titre de recrue, l’hiver dernier, Wright a récolté 66 points, un sommet chez les siens, et marqué 39 buts, un record d’équipe pour une recrue. La marque précédente de 36 filets ayant été enregistrée en 1979-1980 par Bernie Nicholls, alors âgé de 18 ans. À la fin de la saison, Wright s’est retrouvé meilleur marqueur chez les joueurs de première année à l’échelle du pays et c’est à juste titre qu’il a été couronné recrue de l’année dans la LCH.

Wright est revenu sur sa première saison, il a discuté de ses ambitions en vue du Championnat U-18 et plus encore dans cette édition de la chronique du Joueur vedette de la LCH présenté par WINMAR.

Quel est le plus grand défi que tu as dû relever en faisant le saut dans la Ligue de l’Ontario ?

Le plus grand défi a été la vitesse et le rythme du jeu. J’affrontais des joueurs plus âgés et plus forts physiquement, et aussi la vitesse du jeu et la vitesse à laquelle les joueurs prenaient des décisions étaient clairement plus élevées que dans le hockey mineur. C’est certainement le plus grand ajustement que j’ai dû faire.

Quel a été ton moment le plus mémorable de ta première saison ?

Mon moment le plus mémorable a assurément été celui où j’ai marqué mon premier but. C’est la réponse que bien des joueurs donnent, mais je trouve que c’est une grande réalisation quand tu marques ton premier but. C’est quelque chose qui te stimule et ça t’aide à réaliser que tu es à ta place dans cette ligue.

Comment vas-tu chercher à impressionner dans un tournoi aussi court que celui des U-18 ?

Je pense que la clé du succès dans un tournoi aussi court que celui des U-18 est la capacité de trouver une chimie rapidement sur le plan collectif. L’équipe qui va trouver sa cohésion le plus rapidement est celle qui aura le plus de succès. En jouant avec des joueurs avec qui tu n’as pas nécessairement côtoyé auparavant, trouver cette chimie et jouer de la bonne façon deviennent des éléments très importants.

Comment as-tu réussi à t’occuper en dehors de la patinoire ?

J’ai réussi à m’occuper en cherchant tout simplement de nouvelles façons de penser à autre chose qu’au hockey. J’ai beaucoup joué au golf cet été. J’aime vraiment ça, et aussi le fait d’être dehors. Je pars souvent avec mes amis et c’est quelque chose que j’adore faire. Je vais certainement continuer à le faire à l’avenir.

Quel joueur de la LNH t’inspire le plus par sa façon de jouer et pourquoi ?

J’essaie de jouer comme Mathew Barzal, des Islanders de New York. C’est tellement plaisant de le regarder jouer. Sa lecture du jeu se fait à un niveau tellement élevé. Il rend ses coéquipiers meilleurs. C’est quelqu’un que j’admire beaucoup et quelqu’un que je cherche vraiment à imiter dans ma façon de jouer.

plus de nouvelles
Tour d’horizon de la semaine – La saison des signatures
Il y a 2 jours
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les Rockets en reconstruction sont prêts au décollage
Il y a 2 jours
Le joueur vedette – 5 questions à Brett Brochu des Knights
Il y a 2 jours
Tir de la pointe : Le centre des Pats Connor Bedard
Il y a 1 semaine
Tour d’horizon de la semaine – Byfield à Hollywood
Il y a 1 semaine
Équipe vedette du Top 10 Kia de la LCH : Les Silvertips décrochent un autre titre de division
Il y a 1 semaine